MÉDAILLES COMMÉMORATIVES
DE MADAGASCAR

 

 

- 31 juillet 1886 & 15 janvier 1896 -

 

 

HISTORIQUE

 

 

MÉDAILLE COMMÉMORATIVE DE MADAGASCAR
PREMIÈRE EXPÉDITION DE 1883 à 1886

 

En 1883, en vue de faire reconnaître le protectorat de la France sur la côte nord-ouest de l’île, le gouvernement décida l’envoi à Madagascar d’un corps expéditionnaire de 2 500 hommes environ, placés sous les ordres de l’amiral Pierre puis de l’amiral Paul-Émile Miot.
Ce corps, composé de trois bataillons ( un d’infanterie de marine, un second de fusiliers marins et un dernier constitué de volontaires provenant de l’île de la Réunion ) bombarda et occupa les ports de Majunga et Tamatave.

Le 8 juin 1886, un groupe de parlementaires constitué par 27 députés, déposait une proposition de loi en ces termes : « La faveur avec laquelle a été accueillie la proposition relative à la médaille du Tonkin, la satisfaction éprouvée par tous les braves soldats et marins qui ont pris part à cette expédition nous encouragent à vous proposer d'accorder une égale récompense aux soldats et marins qui ont pris part à la fatigante et meurtrière expédition de Madagascar. Les représentants du pays n'ont pas à voir en ce moment si l'on a eu raison d'entreprendre telle ou telle guerre lointaine, l'opinion publique a déjà fait justice sur ce point, il s'agit de récompenser les services rendus par des citoyens qui sont obligés de suivre leur chefs et leurs drapeaux et qui ont versé leur sang pour l'honneur de la France. Comme leurs camarades du Tonkin ils ont par leur courage, leur dévouement, leur constance, leur abnégation, mérité la récompense que nous sollicitons pour eux. »
Ainsi, en vue de commémorer leurs faits d’armes et récompenser les officiers, soldats et marins qui prirent part aux opérations à Madagascar, de 1883 à 1886, la loi du 31 juillet 1886, signée par le Président de la République Jules Grévy, institua la Médaille commémorative de Madagascar, d’un modèle proche de celle du Tonkin.

Son attribution donnait lieu à la remise d'un diplôme.

 

 

MÉDAILLE COMMÉMORATIVE DE MADAGASCAR
SECONDE EXPÉDITION DE 1894 à 1895

 

La première expédition s’était terminée, le 17 décembre 1885, par la signature d’un traité, entre les Français et la Reine Ranavalona III, reconnaissant la souveraineté de la reine sur l’île entière en échange de l’imposition du protectorat de la France et la cession de la baie de Diégo-Suarez.
Mais l’application de cet accord posera maints problèmes et engendrera dix années de troubles.
Ce furent ces raisons qui poussèrent, en décembre 1894, le Gouvernement français à renvoyer un nouveau corps expéditionnaire de 27 471 soldats et supplétifs, placés sous les ordres du général de division Jacques Charles René Achille Duchesne.

Malgré la perte de 7 983 soldats, en raison de paludisme, typhoïde ou dysenterie, la capitale Tananarive fut prise le 28 septembre 1895 par une colonne légère composée de 4 000 Sénégalais et Algériens.
Le 1er octobre, un traité imposant le protectorat français sur l’ensemble de Madagascar, était signé.
En plus des pertes humaines pour cause de maladies, le corps expéditionnaire eut à déplorer la mort de 7 soldats au combat et de 13 autres qui décédèrent des suites de leurs blessures.

Pour commémorer ces événements et récompenser les militaires, les marins, les auxiliaires sénégalais et les Kabyles qui prirent part à la seconde expédition, du 8 décembre 1894 au 31 décembre 1895, la loi du 15 janvier 1896 institua la Médaille commémorative de Madagascar, deuxième expédition. La loi du 21 juillet 1897 en étendit l'attribution aux militaires et marins ayant fait partie du corps d'occupation de Madagascar dans la période comprise entre le 1er janvier 1896 et le 31 octobre 1896.

Son attribution donnait lieu à la remise d'un diplôme.

 

 

 

CARACTÉRISTIQUES

 

 

RUBAN

 

 

Largeur de 36 mm.
Ruban identique pour les deux médailles : une alternance horizontale de raies bleues et vertes de 4 mm.

 

 

AGRAFE

 

 

Le ruban de la médaille de 1895 portait une agrafe stylisée en argent, composée de feuilles de laurier et un ruban portant le millésime 1895.

 

 

INSIGNES

 

 

MÉDAILLE COMMÉMORATIVE DE MADAGASCAR ( première expédition de 1883 à 1886 ).

Médaille ronde en argent, du module de 30 mm.
Gravure de Jean-Baptiste Daniel-Dupuis.

Sur l’avers    : la légende  REPUBLIQUE  FRANÇAISE  entourait l’effigie de la République casquée.
                      Sur la visière du casque l’inscription  PATRIE.
                      L’ensemble était encadré d’une couronne de laurier.

Sur le revers : une petite étoile sur fond rayonnant, encadrée par les dates  1883 et 1886, surmontait
                      l’inscription  MADAGASCAR  placée au-dessus d’un trophée constitué par quatre
                      drapeaux et une ancre de marine.
                      L’ensemble était encadré d’une couronne de laurier.

Les premières médailles furent réalisées avec une attache de bélière de forme ovoïde.

 

 

MÉDAILLE COMMÉMORATIVE DE MADAGASCAR ( seconde expédition de 1894 à 1895 ).

Médaille ronde en argent, du module de 30 mm.
Gravure de Louis-Oscar Roty.

Sur l’avers    : la légende  REPVBLIQVE  FRANÇAISE  entourait l’effigie de la République
                      coiffée d’un casque à visière.

Sur le revers : l’inscription  MADAGASCAR  surmontait un trophée d’armes placé au-dessus
                      du millésime  1895.

 

 

 


 

 

 

TEXTES OFFICIELS

( Liste non exhaustive )

Source :
Bibliothèque nationale de France

 

 

LOI du 31 juillet 1886
ayant pour objet la création d'une médaille commémorative
de l'expédition de Madagascar

J.O. du 5 août 1886 - Page 3625

 

 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article unique. — Il est créé une médaille commémorative de l'expédition de Madagascar. Cette médaille, conforme pour le module et la face à la médaille du Tonkin, portera au revers le mot : « Madagascar ». Elle sera suspendue par un ruban moitié vert, moitié bleu, par petites raies horizontales. Cette médaille sera distribuée à tous les officiers, marins, soldats et volontaires qui ont pris part à l'expédition.

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'Etat.

Fait à Mont-sous-Vaudrey, le 31 juillet 1886.

Jules Grévy.

Par le Président de la République :
Le ministre de la marine et des colonies, Aube.

 

 

 


 

 

 

DÉCRET du 9 octobre 1886
sur la discipline des titulaires de la
médaille commémorative de l'expédition de Madagascar

 

 

Le Président de la République française,
Vu le titre VI du décret organique de la Légion d'honneur, en date du 16 mars 1852 ;
Vu le décret disciplinaire du 24 novembre 1852 ;
Ensemble les décrets des 26 février 1858, 24 octobre 1859, 25 mars 1861, 15 mars 1864, 3 mars 1868 et 30 décembre 1885, relatifs à la discipline des médaillés de Sainte-Hélène, de Crimée, de la Baltique, d'Italie, de Chine et du Mexique, des titulaires de la médaille pontificale et des médaillés du Tonkin ;
Vu les décrets disciplinaires des 14 avril et 9 mai 1874 ;
Vu la décision, en date du 26 février 1858, qui autorise les ministres de la guerre et de la marine et, par délégation, les commandants en chef des armées de terre et de mer à prononcer, par mesure de discipline, contre tout militaire ou marin en activité de service pendant un temps qui ne pourra excéder deux mois, la suspension du droit de porter les insignes des médailles de Crimée et de la Baltique ;
Vu la loi du 31 juillet dernier qui crée une médaille commémorative de l'expédition de Madagascar ;
Sur la proposition du grand chancelier de la Légion d'honneur ;
Le conseil de l'ordre entendu,

Décrète :

Art. 1er. — Les dispositions disciplinaires des décrets des 16 mars 1852, 24 novembre 1852, 14 avril et 9 mai 1874 sont applicables aux titulaires de la médaille commémorative de Madagascar.

Art. 2. — Sont également applicables aux titulaires de ladite médaille les dispositions de la décision du 26 février 1858 susvisée.

Art. 3. — Les ministres et le grand chancelier de la Légion d'honneur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret.

Fait à Mont-sous-Vaudrey, le 9 octobre 1886.

Jules Grévy.

Par le Président de la République :
Le garde des sceaux, ministre de la justice, Demôle.

 

 

 


 

 

 

LOI du 15 janvier 1896
portant délivrance d'une médaille commémorative
de l'expédition de Madagascar en 1895 (
1)
J.O. du 17 janvier 1896 - Page 273

 

 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Art. 1er. — Les militaires et marins ayant pris part à l'expédition de Madagascar, à partir du 8 décembre 1894 jusqu'au 31 décembre 1895, ainsi que les auxiliaires sénégalais et les Kabyles qui ont accompagné le corps expéditionnaire de Madagascar durant la même période, recevront une médaille commémorative.

Art. 2. — Cette médaille sera conforme, pour le métal et le module, à la médaille de Madagascar instituée par la loi du 31 juillet 1886.
Le verso portera des attributs rappelant la collaboration des troupes de la guerre et de la marine. Le ruban sera conforme, pour les couleurs et leur disposition, au ruban de la médaille de Madagascar instituée par la loi du 31 juillet 1886, et auquel une agrafe portant le millésime « 1895 » sera adaptée.

Art. 3. — La médaille sera accordée par le Président de la République, sur la proposition du ministre duquel dépend le corps ou le service auquel ils auront été attachés, à tous les militaires ou marins ayant pris part à l'expédition.

Art. 4. — Les crédits nécessaires pour la fabrication de cette médaille seront prélevés sur les crédits déjà votés pour l'expédition.

Art. 5. — En cas de décès de l'ayant droit, la médaille sera remise, sur leur demande, à titre de souvenir, aux parents du défunt ci-dessous désignés et dans l'ordre suivant :
Le fils aîné, la veuve, le père, la mère, le plus âgé des frères ou, à défaut d'un frère, la plus âgée des sœurs.

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'Etat.

Fait à Paris, le 15 janvier 1896.

Félix Faure.

Par le Président de la République :
Le ministre de la guerre, G. Cavaignac.
Le ministre de la marine, Edouard Lockroy.

(1) Travaux préparatoires :
CHAMBRE DES DÉPUTÉS. – Dépôt à la Chambre le 10 décembre 1895. ( Doc. parl., n° 1666 ; J. off., p. 1552. ) – Rapport de M. Mézières, le 21 décembre 1895. ( Doc. parl., n° 1698 ; J. off., p. 1603. ) – Discussion : séance du 21 décembre 1895.
SÉNAT. – Dépôt au Sénat le 23 décembre 1895. ( Doc. parl., n° 48 ; J. off., p. 543. ) – Rapport de M. Tézenas, le 24 décembre 1895. ( Doc. parl., n° 63 ; J. off., p. 546. ) – Discussion : séance du 24 décembre 1895.

 

 

 


 

 

 

DÉCRET du 20 février 1896
faisant application aux titulaires
de la médaille commémorative de Madagascar
des dispositions disciplinaires édictées par différents décrets
concernant la Légion d'honneur et les médailles commémoratives

J.O. du 27 février 1896 - Page 1106

 

 

Le Président de la République française,
Vu le titre VI du décret organique de la Légion d'honneur, en date du 16 mars 1852 ;
Vu le décret disciplinaire du 24 novembre 1852 ;
Vu les décrets disciplinaires des 14 avril et 9 mai 1874 ;
Vu la décision, en date du 26 février 1858, qui autorise les ministres de la guerre et de la marine, et, par délégation, les commandants en chef des armées de terre et de mer, à prononcer, par mesure de discipline, contre tout militaire ou marin en activité de service, pendant un temps qui ne pourra excéder deux mois, la suspension du droit de porter les insignes de la médaille de Sainte-Hélène et des médailles commémoratives de Crimée et de la Baltique, ladite décision rendue applicable, par décrets subséquents, aux titulaires des différentes médailles commémoratives qui ont été successivement créées ;
Vu la loi du 15 janvier 1896, qui institue une médaille commémorative de l'expédition de Madagascar de 1895 ;
Sur la proposition du grand chancelier de l'ordre national de la Légion d'honneur ;
Le conseil de l'ordre entendu,

Décrète :

Art. 1er. — Les dispositions disciplinaires des décrets des 16 mars 1852, 24 novembre 1852, 14 avril et 9 mai 1874 sont applicables aux titulaires de la médaille commémorative de Madagascar instituée par la loi du 15 janvier 1896.

Art. 2. — Sont également applicables aux titulaires de ladite médaille les dispositions de la décision du 26 février 1858 ci-dessus visée.

Art. 3. — Les ministres et le grand chancelier de la Légion d'honneur sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret.

Fait à Paris, le 20 février 1896.

Félix Faure.

Par le Président de la République :
Le garde des sceaux, ministre de la justice, L. Ricard.
Vu pour l'exécution :
Le grand chancelier, Auerstaedt.

 

 

 


 

 

 

CIRCULAIRE du 18 avril 1896
relative à la délivrance de la médaille de Madagascar aux troupes de la marine

J.O. du 19 avril 1896 - Page 2287

 

 

Le ministre de la marine, à MM. les vice-amiraux commandant en chef, préfets maritimes ; généraux commandants en chef et commandants supérieurs des troupes dans l'Afrique occidentale française et à Madagascar et commandant des troupes au Dahomey.

Paris, le 18 avril 1896.

Messieurs, j'ai l'honneur de vous faire connaître que j'ai arrêté les dispositions suivantes concernant la délivrance de la médaille commémorative de l'expédition de Madagascar aux militaires des troupes de la marine.
Aux termes de la loi du 15 janvier 1896, cette médaille est acquise à tous les militaires qui ont pris part à l'expédition de Madagascar du 8 décembre 1894 au 31 décembre 1895, c'est-à-dire à tous les officiers et hommes de troupe qui étaient présents à Madagascar entre les dates précitées.
Elle sera délivrée, en outre, à tous les militaires qui faisaient partie du détachement d'escorte du résident général, du 26 octobre 1894 au 21 novembre suivant.
La délivrance de cette nouvelle médaille aura lieu dans les conditions fixées par la circulaire du 15 mars 1895 pour la médaille coloniale, sous réserve des modifications indiquées ci-après :
Les brevets et états de proposition ( en triple expédition ) seront établis :
1° Pour les militaires européens de tous grades, par le corps ou service métropolitain chargé de la tenue de la matricule au moment de l'examen des titres des ayants droit ;
2° Pour les militaires indigènes de toute origine appartenant à l'infanterie ( tirailleurs malgaches, haoussas, sénégalais ) et pour les volontaires de la Réunion, par le conseil d'administration du régiment de tirailleurs malgaches ;
3° Pour les militaires de la gendarmerie coloniale faisant partie des brigades de Diégo-Suarez, par le commandant de la compagnie de la Réunion ;
4° Quant aux militaires indigènes ( maréchal des logis, brigadiers et soldats ) provenant de la compagnie de conducteurs d'artillerie du Sénégal et qui ont été envoyés à Madagascar pour encadrer les indigènes sénégalais formant la compagnie de conducteurs auxiliaires du corps expéditionnaire, les livrets et états de proposition seront établis par le conseil d'administration de cette dernière compagnie.
On emploiera, pour l'établissement des états de propositions, les imprimés en usage pour la médaille coloniale ( n° 3822 de la nomenclature ) modifiés conformément aux prescriptions de la circulaire du 20 février 1896 ( B.O., p. 375 ).
Par analogie avec les dispositions adoptées pour la médaille coloniale, la médaille de Madagascar ne devra pas être délivrée aux militaires qui se trouveraient dans l'un des cas d'indignité visés par l'article 3 du décret du 6 mars 1894 et le paragraphe intitulé « Indignes » de la circulaire de même date.
Les corps et services chargés de délivrer cette nouvelle médaille devront m'adresser, le plus tôt possible, les demandes de brevets et de médailles accompagnées de leurs rubans et agrafes, qui leur sont nécessaires.
A Madagascar, les insignes devront être délivrés, dès leur réception, et sans attendre l'établissement et la signature des brevets, aux militaires indigènes présents dans la colonie, qui auraient acquis des droits à cette médaille commémorative.
Le régiment de tirailleurs malgaches fera parvenir aux destinataires les brevets et insignes des militaires indigènes rapatriés par l'intermédiaire du régiment de tirailleurs sénégalais ( Sénégal ) ou de la compagnie de tirailleurs haoussas ( Dahomey ).
L'insertion de la présente circulaire au Journal officiel et au Bulletin officiel tiendra lieu de notification..

Edouard Lockroy.

 

 

 


 

 

 

LOI du 21 juillet 1897
ayant pour objet de modifier la loi du 15 janvier 1896
relative à l'obtention et à la délivrance de la
médaille commémorative de l'expédition de Madagascar (
1)
J.O. du 23 juillet 1897 - Page 4191

 

 

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article unique. — Les militaires et marins ayant fait partie du corps d'occupation de Madagascar dans la période comprise entre le 1er janvier 1896 et le 31 octobre 1896 auront droit, dans les mêmes conditions que ceux qui ont pris part à l'expédition de 1895, à la médaille commémorative instituée par la loi du 15 janvier 1896.

La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et par la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'Etat.

Fait à Paris, le 21 juillet 1897.

Félix Faure.

Par le Président de la République :
Le ministre de la guerre, Billot.
Le ministre de la marine, G. Besnard.
Le ministre des colonies, André Lebon.

(1) Travaux préparatoires :
CHAMBRE DES DÉPUTÉS. – Dépôt à la Chambre le 27 février 1897. ( Doc. parl., n° 2316 ; J. off., p. 334. ) – Rapport de M. Le Hérissé, le 27 mai 1897. ( Doc. parl., n° 2446. ) – Discussion : séance du 25 mai 1897.
SÉNAT. – Dépôt au Sénat le 10 juin 1897. ( Doc. parl., n° 152. ) – Rapport de M. Cabart Danneville, le 12 juillet 1897. ( Doc. parl., n° 229. ) – Discussion : séance du 12 juillet 1897.

************

Commentaires suivants extraits du n° 10 - Année 1897 - du Bulletin annoté des lois, décrets, recueil complet de législation française, par MM. Paul Dupré et Camille Lyon.

La loi du 15 janvier 1896, qui instituait la médaille commémorative de l'expédition de Madagascar en 1895, avait arrêté au 31 décembre 1895 la période des hostilités donnant droit aux militaires qui y ont pris part à l'obtention de cette médaille. Cependant, postérieurement à cette date et pendant l'année 1896, ont eu lieu de nombreux engagements où les militaires du corps d'occupation n'ont pas montré moins de valeur et d'endurance que ceux du corps expéditionnaire. C'est afin de permettre à ceux de ces militaires et marins qui n'étaient pas encore présents à Madagascar à la date du 31 décembre 1895 d'obtenir la juste récompense de leurs services que la loi ci-dessus reporte au 31 octobre 1896 l'époque à laquelle cesse le droit à la médaille commémorative.

 

 

 

 

 


Retour liste initiale

 

 

 

 

 

 www.france-phaleristique.com